Informer :

 Il y a près d´un an, je n'avais jamais entendu parler de fibromes. Le jour ou je l'ai appris, il était déjà trop tard. J'ai du subir une hospitalisation en urgence car mon taux de sang était au plus bas, nécessitant 2 transfusions sanguines et du fer en intrveineuse. J'avais beau être suivie par des médecins généralistes depuis ma plus tendre enfance, personne ne m'avait jamais parlé de fibromes. Des quoi  ???

J'ai beau être infirmière, je n'avais jamais eu écho même durant ma carrière de l'appellation du mot fibrome. Ou peut être avais-je inconsciemment aucun intérêt donc je ne m'y étais jamais intéressés. Mais qui aurait pu m'informer? Qui au juste devrait nous informer sur ces choses la? Le médecin? Nos parents? le système de santé? L'information vient parfois trop tard dans bien souvent des cas.  A l'heure, actuelle je dirais que la principale source d'information concernant les fibromes se fait principalement par le bouche à oreille " je connais une amie qui a ça " etc....  Faut il attendre que cette bouche tombe dans nos oreilles pour connaître cette pathologie. Je pense que le système de santé doit jouer un rôle majeur dans cette information. De nombreuses mesures pourraient être mise en place simplement par des campagnes de publicité, des conférences-informations et encore pleines d'autres mesures dans le but de sensibiliser. Au delà du médecin, nous avons aussi une part de responsabilité importante que nous sous estimons très souvent. 

Prévenir : 
J'ai bien envie de vous dire ceci mesdames, il se pourrait que vous ayez un fibrome si vous observez la présence de +3 signes/symptômes tels que :  
  • Douleurs menstruelles importantes 
  • Règles abondantes, irrégulières et prolongées 
  • Anémie liée à la perte sanguine ( Hb normale entre :120-150 g/l) 
  • Pesanteur abdominale 
  • Gonflement de l'abdomen surtout au bas du ventre 
  • Douleurs pendant relation sexuelle 
  • Troubles urinaires   
  • Douleur dans le dos et les jambes 
L'un des seuls moyens de dépistage pour savoir si vous avez des fibromes ou non est l'échographie vaginale/pelvienne. Plus vite est la prise en charge, mieux sera le suivi. Mais attention ces symptômes peuvent aussi traduire une autre pathologie sous jacente. Dans tous les cas, allez consulter votre médecin ou allez dans une clinique sans rendez-vous si vous êtes en présence de ces derniers. Pas besoin d'un gynécologue pour prescrire une écho un simple médecin peut le faire. Concernant les dépenses de santé, une intervention précoce de la pathologie sera beaucoup plus économique que d'intervenir après l'apparition des symptômes qui, comme je l'avais souligné coûte près de 3 millions de $ baby tch..... !  
 Soigner : 
C'est confirmé, votre échographie montre que vous avez un, voir même plusieurs fibromes. Cela s'appelle un utérus fibromateux. Ils peuvent être sans symptômes (asymptomatiques)  auquel cas une surveillance annuelle est préconisée pour surveiller l'évolution des fibromes. Ils peuvent malheuresement être avec des symptomes ( donc symptomatiques). Et la ça se complique. Le médecin vous prescrira des médicaments mais avant tout il devra vous parler des différentes options de traitements qui s'offrent à vous. C'est la que l'information prend toute sa place. Car si vous ne faites pas attention, le médecin vous prescrira ce qui est bon pour lui et pas spécialement bon pour vous. N'hésitez pas à aller à la pêche aux informations si votre médecin fait la moitié de son travail. Il est certain qu'il ne vous parlera pas de l'ostéopathie, encore moins de la phytothérapie. Alors l'acupuncture n'en parlons même pas! La chirurgie ou certains médicaments sont tellement agressifs pour le corps qu'une bonne connaissance des bénéfices/risques est nécessaire avant de dire oui à votre médecin (ou non d'ailleurs). Alors renseignez vous, informez vous et lorsque vous serez sur de votre choix, retournez voir votre médecin. Devenez actrice de votre santé et non pas juste une simple spectatrice . 
 Une fibrom'elle