Chère Fibromelle 

Mes menstruations ont débuté très tard dans mon adolescence mais dès la première fois, elles furent intenses et m’ont compliqué la vie jusqu’à la grande opération vers 1997.
Je fus régulière dès le premier jour, comme les chutes du Niagara. Je portais une couche double comme dans le temps, pour une période d’une semaine. Ce fut l’enfer. J’étais anémique et en plus je n’aimais pas la viande rouge. Le docteur m’avais prescrit 1 lb de viande rouge le midi et le soir. Le foie étant rare fut également  prescrit. Je ne me sentais pas privilégiée car nous étions pauvre, 15 à la maison et tous avaient besoin de soin et d'affection. Ma mère était très consciencieuse avec tous ses enfants sans exception. Donc le régime fut ardu. 
Une fois rendue adulte sans ma mère, (je n’irai pas dans ces détails maintenant) cela ne fut pas facile car je ne comprenais rien du tout à tous ce langage médical. Ma mère me donnait des conseils et je les pratiquais.  Au travail, ce n’était pas facile car mon métier était uniquement dans un milieu masculin. Les seules contacts et partages furent avec des hommes. Je croyais qu’ils comprendraient la situation des femmes car ils savaient tout.
Bah ! Quelle erreur…En plus je leur partageais tous mes problèmes féminins dans l’innocence et leur écoute fut si attentive. Je crois que je les éduquais en même temps.
Le docteur? Pas mieux… Il disait que c’était des problèmes de femmes et qu’il n’y avait rien d’inquiétant. Je le croyais et j’essayais de prendre autant de repos et de force possible. J’avais un enfant et un époux qui ne travaillait pas et j’étais le bread winner de la famille.
J’ai eu la ligature des trompes en septembre 1987 par mon gynécologue qui était un homme. Je l'ai écouté car j'allais bientôt avoir 40 ans et que j’allais être trop âgée pour enfanter de nouveau. J’avais divorcé donc j'ai cru sage de le faire. 
Un jour je fus référée à une gynécologue femme, Dr. Simon, la seule dans le West Island. Elle m’a prise en main et s’est réellement  inquiétée de mon cas. 


29 Janvier, 1997
Diagnosis :
Skin lesion, vulva : fibroepithe lial polyp.


Pour la première fois j’ai fais quelques recherches que voici grâce à Fibromelle et le document que j’avais demandé à mon médecin de me donner. Très important de garder votre historique car la mémoire est fragile et retraduit autrement:

Large Fibroepithelial Polyp of Vulva
Mahesha H. Navada,* Poornima Ramachandra B. Bhat, Sujaya V. Rao, and Nagarathna G.
Author information ► Article notes ► Copyright and License information ►
This article has been cited by other articles in PMC.

Abstract
A rare case of a large fibroepithelial polyp (FEP) of the vulva is described. The polypoidal growth was 10 cm in its largest diameter, having a long pedicle with features of inflammation secondary to infection, and was found arising from the left labia majora. The patient did not manifest any signs of recurrence following excision. A large and infected FEP of the vulva is a rare occurrence and hence reported.

1. Introduction
The fibroepithelial polyps (FEPs), which are also referred to as acrochordons or skin tags, are common lesions that typically occur in adults, especially obese women. They show a predilection for the neck, axillae, and groin. FEPs of the lower genital tract often develop in young to middle-aged women and present more commonly in the vagina.They are less common in the vulva and are rarely present in the cervix [1]. The polyps usually grow to a size of 1-2 cm and generally do not exceed this. Biopsy is often necessary to make a definitive diagnosis as their clinical features may overlap with those of malignant neoplasms [2, 3].

2. Case Report
A 27-year-old woman, para 4 living 4, presented with a swelling in the left labia, which was noticed 6 months back. There was a history of pain over the swelling and fever for 3 days. Her menstrual history was normal. She had previous vaginal deliveries and the last childbirth was one and half years back. Her build was average. The general physical examination and systemic examination were normal. Local examination revealed a large polypoidal growth covered by skin measuring 10 × 6 × 4.5 cm. arising from the left labia majora (Figure 1). The skin over the growth was ulcerated with signs of inflammation. The investigations revealed leukocytosis (WBC 13700/c mm) and an ESR of 70 mm (1st hour). Other laboratory investigations were normal including blood sugar. Total surgical excision of the mass was performed. Histopathological examination reported polypoidal tissue lined by stratified squamous epithelium with fibrocollagenous tissue in the subepithelium (Figure 2). The stroma containing blood vessels showed a mixed infiltrate of neutrophils and lymphocytes, suggestive of an infected fibroepithelial stromal polyp.

Figure 1
Large polypoidal growth from the left labia majora.

Figure 2
Fibrocollagenous stroma covered by stratified squamous epithelium with areas of ulceration.

 

Vous êtes en charge de votre corps et votre vie. Prenez vous en main pour vos enfants et ne les laissez dans l’ignorance, ni vos petits enfants d'ailleurs. Le fibrome n’a pas d'âge, ni de sexe.

J’ai maintenant 68 nans et j’ai rencontré cette merveilleuse jeune femme qui se préoccupe vraiment des femmes atteintes à travers le monde et je suis fière de soutenir cette cause. Je veux faire une différence dans un monde ou femmes, et hommes d'ailleurs, peuvent être touchés. Nous devons marcher ensemble et affronter l’avenir pour une meilleure compréhension et une société plus éclairée. 

L’ignorance n’est pas bénie. Elle est une prison pour l’humain et son esprit.

Merci de votre attention et de votre lecture.

Claudette 68.

Et vous ? Quel est votre témoignage ?