Techniquement parlant nous ne mourrons pas du fibrome mais cela peut être très handicapant à travers les symptômes et signes tel que pour l'anémie ( comme ce fut mon cas cette nuit ou des lames de couteaux on transperçait mon cœur pour me signaler l'état d'urgence ) , les douleurs pelviennes, fausses couches ainsi que de tout les autres symptômes jouant sur la qualité de vie.
Vous souvenez vous de cette femme qui avait presque supplié son médecin pour retirer son fibrome qui s'etait finalement transformé en cancer généralisé ?  (le journal de Montréal - quebec 2015 ) . Et que faisons nous de nos douleurs psychologiques, douleurs post-op ? 
Certaines personnes se préoccupent de leurs cernes sous les yeux, de leurs grains de beauté sur le nez, de leurs poids, tailles, maladie et cela et totalement légitime  mon combat a moi est le fibrome. Si toute les personnes se mobiliseraient pour faire avancer une cause les choses avanceraKent plus vite. Intopie ou réalité ? Nous ne saurons pas si nous n'agissons pas . 
Alors engageons nous, pour le fibrome, l'endometriose, le syndrome des ovaires polykystiques mais aussi du VIH, les cancers, de la parondentie etc . L'objectif n'est pas de prolonger la vie mais d'améliorer la qualité de la vie, elle est si compliquée à gérer que prendre soin de notre corps est la chose à mes yeux la plus sacrée. Alors oui parlons fibrome, pensons fibrome, agissons fibrome.
Je regarde mon ventre en me disant quand viendrais le moment ultime ou je devrais passer sur la table d'opération...pas maintenant, non pas maintenant c'est sur. 
Fibromelle